samedi 3 juin 2017

Livre sur le cyclisme : Sur le Giro 1949 - D. Buzzati

L'écrivain Dino Buzzati (1906-1972) était un grimpeur, mais n'y connaissait rien en vélo : il pratiquait l'alpinisme. Pourtant, en 1949, le journal Corriere della Sera l'envoie couvrir le Tour d’Italie et suivre le duel attendu entre Gino Bartali et Fausto Coppi. Ses chroniques seront publiées dans un recueil intitulé Sur le Giro 1949, réédité cette année chez So Lonely : à lire absolument si vous vous intéressez au Giro, au cyclisme d'hier et si vous êtes sensible aux figures de style d'un grand écrivain.


Buzzati alpiniste,
rarement cycliste.
"Il fallait un sens aigu du récit, une vélocité certaine de l'imagination pour voir en Bartali et Coppi des personnages de tragédie", observe Eric Fottorino dans la nouvelle préface. Car c'est bien Achille alias Coppi qui terrassa Hector alias Bartali. 

Buzzati raconte la course sous tous les angles, avec tous les protagonistes.
Les "champions sont des héros élus, les organisateurs des prêtres exerçant un sacerdoce, et la multitude des sportifs anonymes [spectateurs passionnés de sport, ndr] une marée d'ardente foi religieuse". Le journaliste écoute le public : "Oui, oui, regardez-les là-bas, tout au fond... ils arrivent ! Comme leurs maillots ont de belles couleurs !... On dirait des fleurs..." Le reporter décrit la douleur des échappés : "Les cuisses deviennent de plomb, un sable brûlant a pénétré dans les articulations du genou (...)."


Sur le Giro 1949,
réédité par So Lonely.
Un des plus touchants articles est celui intitulé "La cantilène des vieux coureurs" : " (...) on nous a donné un patit maillot aux couleurs étranges, et l'on nous a mis dans le dos un numéro. Puis on imprime notre nom dans le journal. On nous donne également de l'argent, mais jusqu'à quand ? On nous lance des fleurs, on nous aime, on nous embrasse, on nous demande notre signature. Mais jusqu'à quand ? Jusqu'au jour, mes bons messieurs, où nos jambes refuseront d'avancer. Elles diront : assez mouliné pour pousser les pédales vers le haut et vers le bas. Alors, sans maillot ni numéro, nous aussi nous nous assoirons sur le seuil de notre maison, en ces journées de mai et de juin, pour regarder d'autres jambes en train de mouliner (...)".

Je vais ranger ce livre aux côtés de Sur le Tour de France d'Antoine Blondin.

Sur le Giro 1949, Dino Buzzati, éd. So Lonely, 173 pages,2017.

Le peloton du Giro 1949, sous la pluie.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire